Le confinement altère l’un des piliers du système nerveux autonome 

Lors de chaque épisode de confinement, l’augmentation de la sédentarité s’associe à une dégradation de la santé psychique et mentale des Français. De quelle façon cette mesure non pharmacologique perturbe-t-elle les régulateurs centraux de notre organisme ? C’est à cette question que se sont consacrés les travaux de Robin Pla et son équipe, issue de l’IRMES, de la Fédération Française de Natation et des universités de Montréal, Poitiers et Paris.

Durant les semaines 1 à 4 du premier confinement (17 mars – 13 avril 2020), ils ont étudié les données de vingt nageuses et nageurs de haut niveau, mesuré leur fréquence cardiaque de repos, couché et debout, le total de leur activité physique, interrogé leur état psychique et comparé ces résultats aux valeurs mesurées avant cette période. Ils montrent qu’après un mois de confinement, la fréquence cardiaque debout, en position statique, augmente de 15 battements par minute ! Cette dégradation, liée à la réduction d’activité de leur système para-sympathique – un des piliers de la régulation autonome de l’organisme – est associée à la réduction de leur niveau d’activité mesuré à l’entrainement et à une altération de leur qualité de vie.

La démonstration de cet effet lié à la sédentarisation est l’une des clés pour comprendre comment les organismes se fragilisent avec la diminution de leur activité régulière. Sa mesure en population générale – avec le recours à des capteurs légers (montres connectées ou autres) – sera l’étape suivante, essentielle pour anticiper la progression de ces vulnérabilités majeures, qui font le lit des formes sévères de Covid et d’un grand nombre de maladies cardio-vasculaires et de cancers. Ces risques doivent être prévenus par la reprise de l’activité physique, avec tous les bénéfices sanitaires désormais connus, car, si elles se pérennisent, ces altérations auront des impacts redoutables, y compris lors de prochaines épidémies.

Resting Heart Rate Measurement in Elite Athletes during COVID-19 Lockdown: The Impact of Decreased Physical Activity. Robin Pla, Bosquet L, Aubry A, Toussaint JF, Sedeaud A. Sustainability 202113, 2970. doi: 10.3390/su13052970. https://www.mdpi.com/2071-1050/13/5/2970

Covid-19 Mortality: A Matter of Vulnerability AmongNations Facing Limited Margins of Adaptation

Frontiers in Public Health – 19/011/2021

Les développements humains ont été sévèrement limités par la pandémie de Covid-19. Une dynamique commune a été observée, mais sa propagation n’a pas été homogène sur chaque continent. Nous avons cherché à caractériser les paramètres non viraux les plus associés à la mort.